C  Vert Nature - Paysagiste

concepteur Marc Gravelle

Bande de protection riveraine

 

Vert Nature a obtenu une formation spéciale dans l'aménagement de bandes riveraines et de la règlementation.

 

Vivre au bord de l’eau est un privilège dont bénéficient de plus en plus de citoyens à la recherche de quiétude, d’espace et de contact avec la nature à l’état sauvage. La qualité de l’eau, la beauté des paysages, la possibilité de pêcher et le sentiment d’habiter un milieu naturel sain sont autant de raisons de choisir un site où s’établir.  Le défi qui se pose alors aux riverains est d’aménager leur propriété tout en préservant la santé de leur plan d’eau et de ses rives. 

 

En effet, la présence humaine n’est pas sans effet sur les lacs et les cours d’eau. Trop souvent, les riverains s’installent avec des habitudes de vie urbaines qui peuvent entraîner la détérioration de nos plans d’eau. C’est donc davantage par méconnaissance que par mauvaise volonté que ceux-ci posent des actes qui nuisent à l’environnement.

La réglementation en vigueur dans les municipalité vise le rétablissement de bandes riveraines boisées qui permettent d’assurer le maintien de la biodiversité et, par conséquent, la santé de nos lacs et cours d’eau pour les générations futures.

Les bienfaits de la végétation riveraine

 

Filtration: La végétation de la bande riveraine capte une grande partie des sédiments et nutriments (phosphore et azote) qui arrivent au lac par ruissellement, ce qui limite la croissance excessive d’algues et de plantes aquatiques dans les lacs.

Érosion: La bande riveraine stabilise les berges.  Elle limite l’érosion et les glissements de terrain par le développement d’un système de racines.  Elle crée aussi un effet de brise-lame qui diminue l’impact des vagues sur la berge.

Rétention: La bande riveraine réduit la vitesse d’écoulement des eaux de ruissellement et favorise l’infiltration de l’eau dans le sol.

 

Ombrage: La végétation diversifiée (herbacée, arbustive, arborescente) de la bande riveraine limite le réchauffement excessif de l’eau en bordure du lac.

 

Habitats: La rive des lacs et des cours d’eau est un milieu indispensable à la vie aquatique et terrestre. Elle offre habitat, nourriture et abri à la faune et la flore. La rive supporte une grande quantité d’organismes vivants et favorise la biodiversité.

Obligation de renaturaliser les rives

 

Lorsque la rive n’est pas occupée par de la végétation à l’état naturel, des mesures doivent être entreprises pour la renaturaliser avec des végétaux herbacés, arbustifs et arborescents, et ce, sur une bande minimale de cinq (5) mètres mesurés à partir de la ligne des hautes eaux. Les espèces végétales doivent être des plantes pionnières ou des plantes typiques des rives, des lacs et des cours d’eau. 

 

La renaturalisation des bandes riveraines des lacs et des cours d’eau est un geste simple et essentiel qui redonne à la fois beauté et valeur écologique aux berges tout en poursuivant un objectif de sauvegarde des usages de l’eau.  Afin de rencontrer ces objectifs, deux options très simples s’offrent à vous:

 

  1. Cesser l’entretien de la végétation dans la bande riveraine (tonte de pelouse et débroussaillage) afin de laisser la nature suivre son cours et reprendre sa place sur la berge;

  2. Compléter la régénération naturelle avec la plantation de végétaux indigènes (arbres et arbustes).

 

Gardez en tête que les résultats d’une régénération naturelle et/ou d’une plantation ne sont pas toujours visibles et efficaces à court terme. Il faut souvent plus d’une saison de croissance pour que s’opère la transition entre l’aménagement initial et l’aménagement visé et que le retour à l’état naturel d’une rive soit pleinement efficace. N’attendez pas à la dernière minute pour changer vos habitudes!

 

 

Comment délimiter la bande de protection riveraine

 

La bande de protection riveraine s’étend sur quinze (15) mètres de profondeur, calculée à partir de la ligne des hautes eaux. Toutefois, dans le secteur des lacs Godon et Delisle, la bande de protection riveraine s’étend sur vingt (20) mètres (+/- 65’) et dans le secteur du Septième Lac et du lac Cyrille, celle-ci s’étend sur vingt-trois (23) mètres (+/- 75’).

Quai - 1

Sur pilotis et/ou flottant (matériaux appropriés) d’une superficie maximale de vingt mètres 2  +/- 215 pi 2

 

Accès - 2

Aménagement selon la pente et les bonnes pratiques en milieu riverain d’une largeur maximale de trois mètres (=/- 10 pi)

 

Zone d’activités - 3

L’entretien (pelouse) peut être maintenu dans le cas des rives déboisées existantes mais obligatoirement à plus de cinq mètre (+/- 16 pi) de la LHE et d’une superficie maximale de cinquante mètres 2  +/- 538 pi 2

 

Empiètement - 4

L’entretien peut être maintenu dans le cas des résidences existantes qui empiètent dans la bande riveraine d’une largeur de deux mètres 2  (+/- 6 pi) autour du bâtiment

 

Zone d’intervention prioritaire - 5

Dans le cas des rives déboisées existantes, une bande de cinq mètre (+/- 16 pi) doit être remise à l’état naturel selon le type de rives et les bonnes pratiques

 

Bande riveraine - 6

Doit être maintenue à l’état naturel et mesurée à partir de la ligne des hautes eaux (LHE)

 

Que peut-on faire dans la bande de protection riveraine?

 

Dans la bande de protection riveraine, aucun ouvrage n’est permis. De plus, il est interdit de détruire, d’enlever ou autrement faire disparaître toute végétation naturelle située à l’intérieur de cette bande.  En d’autres termes, toutes interventions de contrôle de la végétation, dont la tonte de gazon, le débroussaillage et l’épandage d’engrais, sont interdites dans la rive de tout lac ou cours d’eau. 

 

Est cependant autorisé l’enlèvement des arbres morts ou gravement endommagés par le feu, l’enlèvement des insectes, des champignons ou autres agents destructeurs (...), l’aménagement d’une voie d’accès au plan d’eau d’un maximum de trois (3) mètres de largeur dont le tracé est conçu pour prévenir l’érosion (...), l’entretien d’une fenêtre verte d’une largeur maximum de cinq (5) mètres, en émondant les arbres et les arbustes à une hauteur supérieure à un mètre et demi (1.5 m) du sol lorsque la pente de la rive est supérieure à 30 %, ainsi que certains ouvrages de stabilisation des rives.

La tonte du gazon, le débroussaillage et l’abattage d’arbres sont permis seulement dans une bande de deux (2) mètres contiguë à un bâtiment existant empiétant dans la rive, ainsi que dans l’accès au plan d’eau sur une largeur maximale de trois (3) mètres. 

  

Aussi, et seulement dans le cas des propriétés existantes dont la rive a été artificialisée par le passé, la tonte de gazon pourra être maintenue dans une zone d’activité délimitée. Cette zone d’activité aura une superficie maximale de cinquante (50) mètres carrés (+/- 538 pieds carrés) et devra être située à plus de cinq (5) mètres de la ligne des hautes eaux (référez-vous au plan ci-haut).

Algues bleu-vert

 

Les algues bleu-vert, aussi appelées « cyanobactéries », sont des bactéries qui sont naturellement présentes dans les plans d’eau du Québec. Elles se multiplient surtout en été. Lorsqu’elles deviennent très abondantes, les algues bleu-vert forment ce que l’on appelle des fleurs d’eau, qui peuvent s’étendre dans une partie ou dans la totalité d’un plan d’eau. L’eau prend alors une couleur verte et sa texture devient semblable à celle de la peinture ou d’une soupe au brocoli. De l’écume (de la mousse) peut aussi apparaître à la surface de l’eau contaminée par les algues bleu-vert. C’est généralement lorsque l’on commence à voir de l’écume que les algues bleu-vert peuvent devenir nuisibles pour la santé.

 

Lire la suite

Référrence :  Fédération Interdisciplinaire de l'Horticulture Ornementale du Québec     lire plus

Pensez-y...  Il y a de bonnes raisons de s'occuper de nos rives...

Doit-on obtenir un permis pour effectuer ces travaux?

 

Toute intervention dans la bande riveraine nécessite l’autorisation d’un officier municipal et/ou l’obtention d’un certificat d’autorisation vérifiez les coûts s'il y a lieu. Lorsque vous avez un projet d’aménagement de la berge, vous devez soumettre une demande à la municipalité contenant l’ensemble des détails pertinents à l’étude des interventions projetées (emplacement, détails, croquis/plan, photos, entrepreneur, etc.).

 

Nous avons l'expertise et les connaissances pour produire un plan d'aménagement riverain.  En plus de gérer l'aspect administratif, les plans et les échéanciers, nous vous proposons un projet qui sera en armonie avec la Nature et respectera la qualité de nos lacs et rivières.  Communiquez avec sans tarder. 

 

Ne vous laissez pas avoir par des paysagistes sans expérience dans ce domaine... Vous pourriez avoir à défaire et refaire votre projet selon les normes établies par les villes, municipalités et Ministère de l'Environnement...   

 

Notre drone nous facilite la tâche afin de nous permettre de mieux voir l'ensemble du projet dans le but de préparer un éventuel plan d'aménagement riverain avec vue aérienne  en 3D

 

Nous nous déplaçons partout au Québec pour ce genre de projet. 

 

613-612-8378  Nadia

613-299-0169 Marc